Effets du manque de luminosité, la sophrologie comme bouclier !

sophrologie effets manque luminosité

Les premiers signes de l’automne se font remarquer, le jour se lève plus tard, tombe plus tôt et la lumière commence à se faire rare. Un facteur qui joue d’ailleurs sur le moral d’un grand nombre d’individus. Alors, la sophrologie est un coup de pouce pour pallier les conséquences du manque de luminosité.

Manque de luminosité, des conséquences étonnantes

Les premiers signes de l’automne apparaissent. Même si les températures n’ont pas drastiquement chuté, les journées raccourcissent bel et bien. Alors, la durée de la période d’ensoleillement diminue progressivement. Un phénomène qui n’est pas sans conséquence sur l’être humain. En effet, le manque de luminosité produit des effets plus ou moins connus. Les risques de myopie par exemple, semblent plus importants lorsque l’individu manque de lumière naturelle. Concernant les conséquences les plus connues, on retrouve évidemment les troubles du sommeil, la fatigue et la baisse de moral. Une réaction en chaîne tout à fait naturelle. Car en automne et en hiver, la mélatonine qui est davantage secrétée par l’organisme, dérègle le rythme biologique. D’autres études suggèrent que le manque de luminosité provoquerait des troubles de la vigilance et des performances. Alors, la sophrologie, véritable bouclier durant cette période, permet de contrer les effets néfastes du manque de luminosité.

Sophrologie, pallier les conséquences du manque de luminosité

Le manque de lumière naturelle peut effectivement impacter notre quotidien en automne et en hiver. C’est pourquoi, la sophrologie peut agir comme un bouclier pour pallier les conséquences du manque de luminosité. Une technique d’amélioration du quotidien qu’enseigne l’Institut de Formation à la Sophrologie (IFS). En effet, lors de votre formation pour devenir sophrologue certifié, nous vous transmettrons, entre autres, tous les exercices basés sur la contraction/décontraction musculaire, la visualisation positive et la respiration contrôlée. Alors, vous apprendrez à les adapter, à les personnaliser en fonction de votre client et de sa problématique. Ces outils vous serviront de base et s’enchaîneront de manière logique et progressive tout au long de votre protocole. Ainsi, pour « exploser la fatigue », vous saurez que l’exercice du « karaté » peut être utilisé. Afin de maintenir la concentration vous pourrez vous servir de celui des « doigts en griffe ». Ou encore l’exercice du « trac tac » pour « fixer la positivité ». Fort de votre formation en sophrologie, vous pourrez aider vos clients sensibles au manque de luminosité naturelle, à mettre à distance tous ses effets délétères et ainsi garder le moral en automne !

Découvrir nos actualités